Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Tierra del Viento

13/02/2009 | Ushuaia | 0 commentaire |

Tierra del Viento

Domingo 8 de Febrero 2009 :
Porvenir à proche Onaisin (83 km) 

Je pedale ce matin sous la pluie pour rejoindre le port de Punta Arenas afin de prendre le ferry. Direction Porvenir, de l autre cote du Detroit de Magellan. A bord je retrouve Carlos, Ralph and Pat, Andres le Bresilien et un couple d Allemands. Au bout de 2h de navigation dans le detroit nous apercevons enfin la cote : Yahouuu nous sommes en Terre de Feu, la mythique, la sauvage ! Le plus gros des touristes passent par le Nord, la ruta 3 en bus. Nous sommes donc seuls a longer la Bahia Inutil. Le paysage est magnifique, je monte et descends sur les falaises decoupees, m arrete pour ramasser des coquillages sur la plage deserte, passe sous le regard intrigue des guanacos. Il se degage quelque chose de magique ici pourtant il n y a rien d exceptionnel sinon l immensite des espaces et l horizon qui se dessine a perte de vue. Le soleil est au rendez-vous, le ripio est en bon etat, le vent clement, ce fut une journee parfaite.

A 19h30, je roule en pleine pampa lorsqu une voix s eleve « Ameliiiiiiiie », Bernard surgit du cote de la route ou il a installe sa tente a l abri du vent. C est un papy Allemand que je retrouve tres souvent a chaque etape depuis Villa O Higgings. Je descends mon velo dans le fosse et m installe la. S en suit une soiree devenue quasi quotidienne : plat de pates, admirer le coucher du soleil, regarder une enieme fois les maps que nous ne connaissons que trop bien.  


Lunes 9 de Febrero 2009 :
Proche Onaisin à Rio Grande (170 km) 

8h30 : Bernard et moi enfourchons nos velos-enclumes dans la froideur matinale avec un vent de 50 km heure parfaitement dans le dos. Quel plaisir ! Les kilometres defilent, les pignons bloques en 3/7, mes jambes pedalent a un rythme fou sans la moindre tension dans les mollets ou dans les cuisses. 20 kilometres plus tard, je dis aurevoir a Bernard qui passe par un chemin different du mien, rendez-vous a Ushuaia. La pampa continue, le vent aussi.
 
Je passe la frontiere a San Sebastian ou le douanier appose sur mon passeport le dernier tampon Chilien. Adieu le Chili, ce pays que j aime tant : les gens, la langue, les paysages incroyables et surtout les inepuisables possibilites de sport outdoor, une chose est sure : je reviendrai. La Pataganie Chilienne restera la partie preferee de mon periple.13h, je mange derriere le poste frontalier argentin, j ai deja parcouru 80 km. Je repare donc le moral au beau fixe et sous le soleil. L apres midi fut toute aussi rapide, avec asphalte et vent dans le dos.

J arrive a Rio Grande a 19h30, traverse cette grande ville pour rejoindre le Club Nautique, un camping tout a fait atypique. La, dans un immense hangar chauffe, une cuisine et des tables sont dressees entre les kayaks de mer. Il faut dire qu avec le vent infernal qui souffle chaque jour en ete, le kayak s avere etre un sport hivernal, lorsqu il fait -15 degres et que le vent s est definitivement tue. Peu de temps apres moi arrivent Ralph and Pat, les Allemands ainsi que 2 Hollandais. Tres vite le fond du hangar se transforme en garage a velos. A l etage se trouve une salle d art martiaux, c est la que nous camperons, les tentes posees sur le parquets. Ni vent, ni froid, ni humidite cette nuit. Je m endors en entendant encore le vent siffler dans mes oreilles, fatiguee par cette folle et longue journee de velo.   


Martes 10 de Febrero 2009 :
Rio Grande à Tolhuin (116 km) 

Grasse matinee, je ne decolle qu a 11h30. Le vent est encore plus fort qu hier et je ne suis plus exactement dans le sens du vent. Les dix premiers kilometres pour sortir de la ville sont un vrai calvaire, vent de face, je fais du surplace. Puis, le vent passe de cote (a 3h), il me precipite au milieu de la route, voir meme sur la voie inverse. Les voitures me doublent en faisant de grands ecarts, je concentre toutes mes forces sur mon guidon pour rester au plus proche de la ligne blanche.

On dit qu en Terre de Feu on peut voir defiler les quatre saisons en une meme journee. A 14h, j experimente l hiver.En quelques minutes le ciel devient noir, le brouillard s installe et une tempete de grele eclate venant me cingler le cote droit avec violence. Aie Aie Aie, il fait 3 degres, je suis trempee, en plein vent, j ai froid, je ne sens plus mes mains transformees en glacons et malmenees par la grele. J ai envie de m arreter, de m abriter mais il n y a rien, RIEN a perte de vue. Le meilleur moyen de se rechauffer est encore de pedaler. 15 minutes plus tard, qui a vrai dire m ont paru une eternite, la grele cesse, le vent balaye le ciel et le soleil reapparait. A present, place a l ete. Un proverbe argentin dit, a propos de la Terre de Feu, « Si tu n aimes pas le temps qu il fait, attends 5 minutes ». Le climat est ici une alternance de soleil, pluie, grele mais toujours agremente de vent. J ai depuis longtemps renonce a faire secher mes vetements sur mon porte bagages. Lunettes de soleil, capuche, casquette, tee shirt, Kway, polaire, je m habille et me deshabille au gre des nuages.

En fin de journee le paysage change, quelques arbres courbes par le vent apparaissent. J apercois au loin les montagnes et m arrete a Tolhuin ou je retrouve les autres cyclo dans l immense panaderia qui fait la renommee du village. La nuit tombee, nous partons en quete d un terrain pour camper. Finalement, 6 km plus loin, en contre bas de la route, nous installons nos tentes derriere une rangee d arbres.  


Miercoles 11de Febrero 2009 : 

Journee de repos a Tolhuin, en grande partie passee a lire sous ma tente en raison de fortes pluies.  


Jueves 12 de Febrero 2009 :
Tolhuin à Ushuaia (104 km) 

Encore un depart tardif en attendant que la pluie se calme. Le paysage a definitivement change, je grimpe dans les montagnes verdoyantes, au milieu de grands sapins, de lacs et de cascades. Pour le coup, je me serai cru au Chili. Je monte ainsi jusqu au paso Garibaldi ou commence une longue descente entre les sapins qui debouche sur la baie d Ushuaia, face au canal de Beagle. J y suis, j ai atteint le bout du monde, « el fin del Mundo » !!!

Je m installe au camping Andino a 4 km du centre et fete la fin de mon periple a velo devant une bonne pizza avec Benoit, un Suisse rencontre a Punta Arenas, une semaine de cela.

 
Note : 5.00 - 2 votes



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
16/02/2009 | Ushuaia | 0 commentaire

Ushuaia, fin del viaje en bici

Ushuaia, fin del viaje en bici Voila déjà 4 jours que je suis à Ushuaia, la ville del fin del Mundo, cette ville de 70 000 habitants, très prisee par les touristes Européens et les Gringos, établie en bord du canal de Beagle. Le seul hic c est bien sur le climat, imprévisible et changeant, chaque jour nous avons droit à notre ration de pluie quotidienne ... Lire la suite

 
25/02/2009 | Ushuaia | 6 commentaires

Faim du voyage

Mon voyage touche a sa fin. Demain, je quitte la chaleur etouffante de Buenos Aires pour reintegrer le froid hivernal parisien. Au choc thermique va s ajouter celui du dur retour a la realite. Inevitablement une telle aventure laisse quelques marques, sequelles d un sejour prologe au Paradis. Mes 50 heures de bus pour relier Ushuaia a la capìtale argentine m ont laisse le temps de repenser ... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

© 2017 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil