Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Sur les traces de Pablo Neruda

11/12/2008 | Santiago Chile | 0 commentaire |

Sur les traces de Pablo Neruda

 

Je viens de passer 4 jours a Santiago, entre visites et recherche de velo. Avec 6 milions d habitants, c est une grosse ville ou il fait bon vivre, je retrouve les joies du metro. Ici, Dans l hemisphere Sud, nous approchons des grandes vacances et de l ete, autant dire qu il fait tres chaud. La preuve en est que je viens de voir passer dans le centre ville Madonna, plus nue qu habillee, gesticulant par le toit ouvrant de sa limousine…(est ce vraiment du a la chaleur ?). Elle vient pour la premiere fois donner un concert a Santiago, et cela constitue l info importante du moment, je n entends parler que de ca a la tele ou a la une des journaux.

 

On ne peut pas passer a Santiago sans aller voir Valparaiso, ville toute en hauteur, aux couleurs vives et aux fameux funiculaires bringuebalants datant du 19 eme siecles. Cette ville est tout bonnement magique (si on met de cote le fait qu il faille sans cesse grimper sous un soleil de plomb). Bordant la baie, les 45 collines qui entourent la ville sont un vrai labyrinthe a decouvrir a pied au rythme des ascenceurs, ruelles, passages etroits....plutot crevant comme journee.

 

Santiago et Valparaiso sont les 2 reperes du celebre poete Chilien Pablo Neruda. Tout comme le Che est a l Argentine, Neruda vient s ajouter a Allende comme personnage symbolique Chilien a rayonnement international. Si je ne suis pas allee visiter l une de ses 3 residences je me suis toutefois interessee a savoir ce que cet artiste, dont seul le nom me disait quelque chose, ecrivait. En voici quelques vers traduits :


Pauvres gosses :

Comme il te faut payer sur cette planète
pour nous aimer en toute tranquillité
tout le monde examine les draps,
tous se préoccupent de ton amour.

Et se racontent des choses terribles
au sujet d'un homme et d'une femme
qui après maintes tergiversations
et maintes considérations
font quelque chose d'unique,
ils se couchent dans un seul lit.

Je me demande si les grenouilles
se surveillent et s'éternuent au nez,
si elles se font des messes basses dans les mares
contre les grenouilles illégitimes,
contre le plaisir des batraciens
Je me demande si les oiseaux
ont des oiseaux ennemis
et si le taureau prête l'oreille aux boeufs
avant de rencontrer la vache.

Déjà les routes ont des yeux,
les parcs ont leur police,
leurs secrets les hôtels,
les fenêtres enregistrent les noms,
s'embarquent troupes et canons
déterminés contre l'amour,
travaillent inlassablement
les gorges et les oreilles,
et un garçon et sa petite amie
se mettent à fleurir
en volant sur une bicyclette.

 

 
Note : 5.00 - 1 vote



Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

© 2017 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil